Ils brûlaient n’importe quoi

Je vis avec mon époux atteint de BPCO, à St-Denis dans le 93 ; il est sous oxygène 24h sur 24h. Je parle pour lui car je m’exprime plus facilement. L’an passé un camp de Roms s’est installé devant notre immeuble et près d’une école. Ils brûlaient du cuivre, du caoutchouc, tout ce qu’ils trouvaient. Des fumées noires se dégageaient et rentraient dans les appartements. Mon époux s’est retrouvé deux fois aux urgences pour inhalation de fumées toxiques.

Malgré nos diverses interventions auprès de la mairie, de l’ARS, du ministre de la santé, du procureur de la République, du Préfet, nous avons dû attendre alors qu’il y avait un premier avis d’expulsion qui n’a pas été appliqué.

A côté de cela on nous demande de ne pas prendre nos voitures mais de qui se moque t-on ? Le camp a été évacué il y a seulement six mois et uniquement parce que les habitants et les parents d’élèves ont manifesté leur colère sinon je pense que cela aurait pu durer longtemps.

Françoise

Leave A Comment