Dégazage

Je vis dans un petit hameau à moins de 10 mètres d’une grange à charrettes sans dépendances ni terrain, aménagée en habitation principale. Hiver comme été, je subis le flux d’un échappement de gaz de combustion et du dégazage d’un chauffage au fuel car la chaudière et le simple réservoir en plastique qui sert à nos voisins de cuve à mazout se situent à l’intérieur de la seule pièce à vivre de leur habitation. Ce qui m’oblige à garder volets et fenêtres fermés toute l’année.
Bien que n’ayant pas dans ma maison de chauffage à combustion, les détecteurs de monoxyde de carbone se déclenchent même dans une chambre non chauffée.
Ma santé se détériore, j’ai en toute saison un taux de monoxyde de carbone beaucoup trop élevé d’après les mesures effectuées par le pneumologue. Je fais des crises d’asthme et d’eczéma (airomir, ventoline, innovair, bilastine, desloratadine, cétirizine, locapred) ainsi que des maux de tête permanents. Les derniers tests de spiromètrie n’étaient pas satisfaisants.

Bernard

Leave A Comment