Les filtres à particules, c’est encore pire !

J’habite à Lille. Je n’ai même pas besoin de regarder les mesures de pollution sur les sites de type plumelabs ou encore lille atmo : dès que la quantité de particules fines dans l’air dépasse les 35 µg/m3, j’ai du mal à respirer et je sens les poumons qui me brûlent.

La seule solution : prendre plusieurs bouffées de Seretide (Ventoline + Cortisone), le matin mais aussi le soir et éviter de sortir… Pourtant je ne suis pas malade, je ne fais de l’asthme QUE quand l’air est pollué, autant dire de plus en plus souvent. Malgré tout, je suis sportif, je participe à des compétitions de course à pied. Mais mes cycles d’entraînements sont souvent tronqués par les périodes de pollution, car quand il y a de la pollution, je ne peux pas m’entraîner, je souffre trop et c’est dangereux, même sous traitement.

Quelle erreur d’avoir laissé les clefs industrielles de ce pays à Peugeot, via Jacques Calvet et sa clique et leurs diesels pollueurs. Les FAP [filtres à particules] ? C’est encore pire ! Désormais les particules sont plus petites, et pénètrent plus profondément, ça brûle les bronche encore plus vite. J’ai remarqué que plus la flotte automobile française était équipée de FAP, plus mes problèmes respiratoires augmentaient : ce n’est pas illogique.

Le pire, ce sont les politiques qui manquent de courage : abandon de l’écotaxe, aucune décision de mettre le plus de fret sur du rail plutôt que sur la route, inversion fiscalité diesel/essence, mesures fortes en période de pollution.

Cela me dégoûte, quel égoïsme !

Boris

Leave A Comment