J’ai perdu le chemin des parfums

J’ai 68 ans, et j’ai toujours habité la campagne, loin des pollutions,  au pied de la montagne Sainte-Victoire, près d’Aix-en-Provence.
La nature explosait de toute son authenticité, et ce, tout au long de mon enfance.
Le soleil était franc, la chaleur était vraie, la flore resplendissait d’une avalanche de couleurs, le bourdonnement des insectes chantait toute la joie de la nature et les enfants respiraient à pleins poumons le parfum délicat de notre chère Provence.
Aujourd’hui, j’ai perdu le chemin des parfums, des insectes, des fleurs, et suis désensibilisée aux odeurs naturelles.
Aujourd’hui, nos  organismes se sont habitués à l’air vicié, irrespirable…
Jusqu’à quand ?
Nous faisons partie de la nature, et cette dernière est très fâchée et nous en supportons toutes les conséquences.
Les hommes se sont tus, par lâcheté, par égoïsme, par méconnaissance.
Je suis très pessimiste sur le changement de notre mode de vie, ça ne va pas assez vite.

Bon courage aux personnes malades, et je fais parti de celles-là.
Heureusement il y a toujours l’espoir, comme disait la boîte de Pandore…

Céline

Leave A Comment