Les Parisiens ne jouent pas le jeu

Je marche dans Paris avec un mouchoir sur le nez ou me protège avec mon écharpe. J’ai du mal à respirer, les yeux me piquent et je me sens oppressée. Je suis particulièrement exaspérée par les conducteurs garés dans une rue qui laissent tourner leur moteur pour avoir chaud dans leur véhicule ou les scooters mal réglés qui laissent derrière eux une fumée nocive en plus du bruit.

Lors des mesures prises face au dernier pic de pollution à Paris, j’ai constaté avec grand regret que les Parisiens n’avaient, dans l’ensemble, pas joué le jeu et circulaient malgré leur plaque d’immatriculation interdite. C’est désolant.

En même temps, je suis remontée contre les pouvoirs publics qui ne mettent pas en place de mesure rapide et efficace. Pourquoi les bus parisiens ne circulent pas tous au gaz naturel ou à l’électricité ? Pourquoi les transports publics sont insuffisants, sales et non ponctuels ou inexistants dans certaines zones de banlieues ? Pourquoi les usines continuent à laisser échapper dans l’air des fumées cancérigènes ? L’économie prime sur la santé publique. C’est un mauvais calcul car le sécurité sociale française doit et devra prendre de plus en plus en charge des maladies respiratoires graves.

Tout cela me désole !

Leave A Comment