La pollution atmosphérique me tue pour de vrai

La pollution atmosphérique me tue pour de vrai. Je suis particulièrement sensible et je le sens dans mes poumons, mais pas que. Il arrive que je ne puisse plus respirer en ville et cela m’oblige à penser à partir… mais pour aller où ? Les fertilisants des champs me font le même effet de dessèchement sévère de la gorge. Alors je suis de tout coeur avec vous. Je participerai quand je le pourrai.

Cédric