Pollution en montagne

En montagne, on pense trouver de l’air pur pendant son séjour. Eh bien non ! Il faut se figurer que la rénovation de chalets en bois nécessite un décapage au sable, réalisé sans protection particulière. Ainsi pendant tout votre séjour, vous respirerez les poussières toxiques générées par le chantier : sable mais aussi particules très fines de vernis, colle, etc. qu’il faudrait pouvoir analyser. Je peux vous assurer que le séjour est nettement moins agréable. La respiration est altérée, la toux persistante et les sinus très irrités. Qu’en est-il des personnes asthmatiques ?

On pense être tranquille quand le chantier est terminé, mais non, la poussière s’est infiltrée partout : les tissus, les murs, les meubles, la gaine d’aération qui aspire l’air de l’appartement . Résultat, les plantes que je faisais sécher pour mes tisanes ont fini à la poubelle, et des travaux qui ont eu lieu en 2014 ont encore des effets sur ma santé quand je vais séjourner dans mon appartement.

Je ne pense pas être la seule dans ce cas mais personne ne se plaint. Pourtant, j’entends tousser (certains appartements ont de la moquette) et je doute que l’on puisse augmenter la fréquentation des stations en réduisant la qualité du bien être des visiteurs. Je pourrais aussi parler de l’eau que je ne bois jamais au robinet, que je n’utilise même pas telle qu’elle pour me brosser les dents ou pour rincer les légumes, mais c’est un autre sujet navrant.

Bref, j’idolâtre la montagne en tant que milieu préservé de toute pollution, et les bienfaits de cet environnement sur la santé sont immenses. Mais je suis consternée de ce manque d’égard vis-à-vis de ce dernier sanctuaire de pureté. Il serait bon et nécessaire que cela change.

Au fait je parle des 2 Alpes, commune qui essaie d’avoir une politique écologique. Est-ce la même chose partout ?

Florence

Leave A Comment